En quoi consiste le crowdfunding immobilier ?

D'une part, les petits investisseurs tentent d'accroître le rendement de leur épargne. D'autre part, les développeurs intermédiaires recherchent de l'argent pour exécuter leur programme. Ces deux sont reliés par des plates-formes Internet dédiées. À la fin, si tout se passe bien pour l'investisseur, le crowdfunding immobilier peut atteindre rendement annuel de 8 à 12% (déduction faite des frais de la plateforme avant impôt) de 500 à 2 000 euros minimum et de 12 à 36 mois. Des performances élevées justifiées par les plates-formes, les banques ayant besoin d'une contribution des ressources propres du fournisseur. Et préfèrent faire appel aux gens au lieu de recourir à eux-mêmes pour empêcher leur potentiel de développement. Cependant, ce type d'investissement n'est pas sans risque. À l’appui, il n’est pas inhabituel que des sous-traitants échouent, plusieurs risques d’augmenter le budget initial, ou pire encore, ne sont pas vendus dans la maison. Cela a pour effet de prolonger la durée de l'investissement, de réduire sa rentabilité ou même de faire perdre du capital à l'investisseur.

Il faut s'assurer que la plateforme fait tout pour réduire les risques. Les promoteurs doivent être choisis avec soin et les investissements doivent être effectués uniquement lorsque le programme garantit qu'ils verront le jour. Cela signifie que, après une étude de faisabilité réalisée, permis de construire obtenu et vérifier que « propre » (elle est plus susceptible d'appel) a accordé un financement bancaire, financement d'acquisition et garantie d'achèvement avance au moins 30% des maisons qui seront construit.

le crowdfunding immobilier ou investissement participatif immobilier

En outre, les investissements (obligations principalement) ne devraient être effectués que par le biais d'une société par actions simplifiée (SAS), ce qui réduit le risque de perte d'investisseurs au niveau de son déploiement initial. Enfin, vérifiez que la plate-forme est réglementée et qu'elle a le statut de conseiller financier participant (CIP). C'est déjà le cas avec Anaxago Real Estate, Canberra Immo, Lymo, Weeximmo ou Wiseed Real Estate. D'autres (Crowdfunding-immo, Hexagon Equity ...) nous ont assuré que nous allions gagner. Cependant, vous vous attendez à pouvoir évaluer toutes ces plates-formes dans les résultats. La plupart d'entre eux sont récents, seuls Anaxago, Lymo et Wiseed ont financé des contrats à terme et les investisseurs ont payé le rendement attendu.

Le modèle est radicalement différent. Grâce à des plateformes telles que Dividom ou Homun, des investisseurs privés se sont réunis pour acheter des biens immobiliers. Une façon de devenir (ensemble) propriétaire, un investissement minimum entre 2000 et 10 000 euros et une prévision de performance (avant impôt) de 4,5 à 7% selon les projets. L'acquisition se fait par l'intermédiaire d'une société immobilière (SCI), détenue par plusieurs investisseurs et gérée par une plateforme intermédiaire. Une fois la propriété louée, chacun recevra sa part du loyer sans frais ni loyer. En ce qui concerne les principales décisions (emplois, ventes, ...), elles sont adoptées lors de l'assemblée générale annuelle de SCI, dont la plupart sont énoncées dans ses règlements.

Pour l'investisseur, les risques sont les mêmes que l'achat de biens pour vivre: pas de locataires, loyers impayés, la dérive des frais de condo emplois conditionnels, des prix plus bas pour la revente des biens ... Attention aussi parce que les partenaires SCI est responsable des dettes à long terme en proportion de leur les contributions (peuvent perdre plus que leur investissement initial). Il est donc essentiel que vous lisiez vos articles pour savoir ce qui est attendu si le partenaire n’honore pas ses obligations, surtout si SCI utilise un prêt pour financer l’achat (proposition de solution Dividom). Contrairement aux CIP contrôlés par autoritarisme des marchés, ces plateformes ne sont pas réglementées.